samedi 16 janvier 2016

Lettre à l'enfant que j'étais ...



Petite Angélique,

Je t'écris depuis 2016. Nous avons 30 ans. De l'écrire, cela me file le vertige, car je te revois parfaitement, du haut de tes 6 ans. C'est étrange, de constater combien les années ont défilé.

Tu viens d'arriver dans la région de Grenoble. Tu as quitté ta Mamie, ton Papou, tes tantes adorées. Je sais que tu trouves cela injuste, car on ne t'a pas demandé ton avis, et que tu aimais cette petite vie parisienne : ton quartier, ton école, le canal St Martin, les après-midi au square avec ta mamie. Durant ces quelques mois à Meylan, tu vas être plutôt heureuse, ne t'inquiète pas pour ça.

Par cette lettre, je ne vais pas me lancer dans de grandes phrases en te disant de ne pas commettre telle ou telle erreur, de ne pas fréquenter telle ou telle personne, de ne pas suivre tel ou tel chemin. Fais donc. Fais comme tu le sens. Fais avec ton cœur. Tu apprendras tellement, de tes quelques "erreurs", que je préfère d'ailleurs appeler "expériences". Avance, comme tu l'as toujours fais, dans le sens qui te parait le bon ... Car c'est sur ce chemin-là que tu rencontreras toutes les belles personnes qui contribue à ton bonheur aujourd'hui. Et chacune des personnes avec qui tu couperas les ponts t'apprendra de toute façon quelque chose, sur toi ou sur le genre humain.

Tombe amoureuse, autant de fois que tu le veux. Aime, de tout ton cœur, de toute ta détresse, avec tout ton enthousiasme, sans jamais te blinder. Les garçons te feront délicieusement chavirer ! Tes sentiments et tes élans passionnels ne seront pas toujours partagés, mais franchement, ça va te faire tellement VIBRER ! C'est certainement la chose que tu sais faire le mieux, et vraiment, je suis fière que tu ai aimé comme ça, avec autant de fougue. Mince, j'en ai les larmes aux yeux dis. Je crois que malgré ton jeune âge, tu as déjà parfaitement compris pourquoi tu es sur cette terre. Pour aimer, vibrer, ressentir, partager. Et tu verras, c'est encore meilleur à 30 ans !

Bref, ne change rien à tout ça. Si je devais revivre la même vie, ma foi, je le ferais.

La seule chose que j'ai à te dire en vérité, ma petite chérie, c'est que ce n'est pas grave, d'être timide. Tu ne dois pas avoir honte de qui tu es. "Timide", ce n'est pas un gros mot. Ce n'est pas une tare. Les maîtresses diront toujours à ta maman que tu es timide, effacée, discrète, introvertie, et j'en passe ... Ce n'est pas grave. Cela fait partie de Toi, et c'est très bien, parce que contrairement à ce que tout le monde dit et pense, ce n'est pas un défaut. Ce n'est pas un défaut, d'être timide ! Et ça ne résume pas entièrement ta personne. J'insiste sur ça : la timidité ne résume pas la personne que tu es. Elle est une PARTIE de toi. Une partie visible, forcément, car lorsqu'on te rencontre pour la première fois, ça saute aux yeux, forcément ... Refuse d'être réduite à ça. Ta timidité, je ne vais pas te le cacher, va rendre les choses plus difficiles pour toi. Elle va te demander plus d'efforts au quotidien, elle va nécessiter beaucoup d'énergie, il va parfois falloir te faire violence pour faire certaines choses, pour exprimer tes sentiments et pour te faire respecter. Certains enfants seront méchants, prenant ta timidité pour de la faiblesse.

Dans quelques années, une personne, dont tu oublieras le prénom, te dira une chose extrêmement importante, qui va profondément marquer ta vie de jeune adulte. Ce sera lors de ton stage BAFA, à l'entretien de mi-semaine. Tu parleras justement de cette timidité avec ta formatrice, qui te conseillera d'accepter ta timidité. De l'annoncer, de l'assumer. De dire aux gens "je suis timide". Arrête de faire semblant de ne pas l'être. Ça te reviendra à chaque fois dans la figure. Parle de ta timidité, met des mots dessus, explique ce que tu ressens, explique qui tu es. Les gens aiment savoir à qui ils ont affaire, et toi, ça t'évitera d'user ton énergie à tenter d'être quelqu'un que tu n'es pas !

Voilà petite Angélique, petite moi ... Je n'ai pas grand chose de plus à te dire. Je ne veux pas te spoiler ta propre vie ! ;-) Juste, ai un peu plus confiance en toi, relativise ... et accepte-toi ! C'est normal, d'avoir peur. Cela te protégera de beaucoup de choses, au fond ! Tu possèdes mille ressources, qui se débloqueront les unes après les autres, exactement comme les différents niveaux d'un jeu. Un jeu fascinant et diablement addictif, qui s'appelle la Vie ! ;-) Ne t'inquiète pas, ça va aller. Et crois ta maman sur parole quand elle te dit que la timidité, "ça ira mieux en grandissant".


Ce billet fait partie du challenge lancé par Agoaye : "Un défi ou un écrit". Chaque semaine, Agoaye nous suggère un défi à relever, ou un sujet de billet à écrire. Toute l'année, le challenge sera basé sur la bienveillance, et c'est vraiment ce qui m'a séduite. On peut soit remplir le défi, soit écrire sur le sujet donné, ou bien faire les deux !

Le défi de cette semaine était le suivant : Retrouver son enfant intérieur, notamment en écrivant une lettre à l'enfant que nous avons été, en le rassurant et en calmant ses peurs. 


12 commentaires:

  1. L'enfant que tu étais semble avoir beaucoup souffert de la timidité. Ça nous fait un point commun ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh que oui ... j'en souffre encore parfois aujourd'hui ... même si ça va beaucoup beaucoup mieux ! Si j'avais mieux accepter et assumer, ma vie aurait été tellement plus "facile" ... rien n'a jamais été fluide pour moi, concernant les relations sociales ! C'est pareil pour toi ?

      Supprimer
  2. Assumer sa timidité, ça prend du temps, surtout dans une société qui ne cesse de nous rabâcher que ce n'est pas la "norme".
    Cette lettre j'aurais pu l'écrire à la petit Marie d'autrefois.
    Merci pour ces mots justes!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup pour ton commentaire ! Plus les années passent, et plus je me rends compte que la timidité touche énormément de monde, finalement ! En effet, la société ne nous aide pas du tout à bien vivre ce trait de caractère ... on nous fout une telle pression (en plus de celle qu'on se met nous-même ...) A bientôt Marie, ici ou sur ton blog ! :-)

      Supprimer
  3. Bon ben voilà, j'ai les larmes aux yeux parce que ... ça fait pas mal écho en moi, à mon moi petite ... aussi ! Jolie lettre :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oooh ... oui je comprends ton émotion, car la timidité ça nous marque profondément ! Est-ce que tu te sens encore timide aujourd'hui ? est-ce que ça a évolué ? Je t'embrasse, Melle Bulle ! :-)

      Supprimer
  4. Une très belle lettre...
    Essayer de vaincre sa timidité... une tres belle acceptation de soi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci :-) C'est un travail de tous les jours !

      Supprimer
  5. C'est une très jolie leçon sur le fait de s'accepter :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci ! et si cette leçon de moi à moi-même peut aider d'autres à s'accepter, ce serait top :-)

      Supprimer
  6. Une formidable missive. bravo pour cette écriture imprégnée de jolies vérités, et merci de l'avoir partagée avec nous !

    RépondreSupprimer
  7. rho, qu'ils sont embêtant ces profs et compagnies à voir un défaut dans la timidité!!
    Heureusement que nous avons tous notre caractère, ces traits qui nous caractérisent. Et c'est bien que tu l'es acceptée, pour être toi, et te montrer au monde tel que tu es!

    RépondreSupprimer